Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE VOYAGE PHILOSOPHIQUE

LE VOYAGE PHILOSOPHIQUE

Aliments pour une réflexion philosophique


UNE ASSEMBLÉE CITOYENNE PEUT-ELLE RÉSOUDRE LE BREXIT ?

Publié par medomai sur 17 Janvier 2019, 21:26pm

Catégories : #politique, #démocratie, #Brexit, #assemblée, #citoyens, #crise, #discussion

Des députés anglais cherchent à résoudre l'impasse du Brexit par la création d'une assemblée citoyenne: j'ai traduit les premières lignes de l'article... qui ne sont pas piquées des hannetons ! Mais c'est que je ne connaissais pas encore l'étude Bishop sur les "pseudo-avis"...

 

Et j'ai aussi découvert à ma grande surprise dans cet article que "W" (oui, George W Bush !) lorsqu'il était gouverneur du Texas avait soutenu une assemblée citoyenne à l'origine d'une politique écologique en faveur de l'éolien... à peine croyable...

* * *

« LE POUVOIR AUX GENS : UNE ASSEMBLÉE DE CITOYENS POURRAIT-ELLE RÉSOUDRE LA CRISE DU BREXIT ?

 

Durant l'été 1978, George Bishop et une équipe de chercheurs de Cincinnati (Ohio) menèrent un sondage sur certains des grands sujets politiques du jour. L'une des question était la suivante : « Certaines personnes disent que la "Loi sur les Affaires Publiques" (Public Affairs Act) de 1975 devrait être abrogée. Êtes-vous d’accord ou pas d’accord avec cette idée ? ». Il s’avéra que 16% étaient d’accord et 18% ne l’étaient pas. Ce fut une surprise. La "Loi sur les Affaires Publiques" de 1975 n'aurait pas dû faire l'objet d'une controverse, car elle n'existait pas.

 

L'étude, [intitulée] "Pseudo-avis sur les Affaires Publiques", est devenue un classique de la science politique. Elle a été reconduite à plusieurs reprises dans différentes versions : en 1983, 1984, 1995 et 2013, toujours avec des résultats similaires. Environ un tiers des gens prétendent avoir un avis, à moins que vous ne leur permettiez de dire facilement : "je ne sais pas". Si vous dites que le « Président Obama » ou les « Républicains » veulent abroger la Loi sur les Affaires Publiques, plus d'opinions encore se manifestent, dans un esprit partisan. L’étude nous dit quelque chose que nul politiciens ne dira jamais s'il risque d'être entendu par ceux qui l'ont élu : nous ne savons souvent pas de quoi nous parlons, mais nous n’aimons pas l’admettre.

 

Cela ne signifie pas que les gens sont stupides. Bien au contraire. Ce qui serait stupide, ce serait de passer votre temps à étudier les minutieux détails d'une législation gouvernementale plutôt que de travailler, de prendre soin des autres ou de profiter de la vie. Après tout, votre opinion n’est que l’une des 47 millions que compte l’électorat britannique, peu importe votre degré d’information. James Fishkin, professeur de Sciences Politiques à l’Université de Stanford et grand défenseur des « assemblées de citoyens », qui sont un moyen de découvrir ce que « les gens » (the people) veulent vraiment, quand ils prennent le temps de réfléchir, appelle cela « l'ignorance rationnelle ». La plupart d’entre nous n’avons tout simplement pas besoin de savoir comment gérer le pays.

 

En novembre dernier, Gordon Brown a suggéré qu'une assemblée pourrait résoudre la crise du Brexit. Le mois dernier, Damon Albarn, Rowan Williams et un certain nombre de personnalités publiques ont écrit une lettre ouverte au Guardian en guise de soutien, et l’idée bénéficie désormais du soutien de ce journal. Fishkin qualifie cela « d'une embarrassante simplicité ». Vous mettez simplement le pays dans une pièce, et vous les laisser discuter.

 

[...]

 

Les assemblées de citoyens ne sont ni inhabituelles dans le monde, ni nouvelles. Une première expérience télévisée a eu lieu à Manchester en 1994, traitant de criminalité. En 1996, sous le gouverneur George W Bush, l'État du Texas a organisé ce qu'il a appelé un « scrutin délibératif », qui a activement choisi de payer une prime pour générer de l'électricité par énergie éolienne plutôt que par des combustibles fossiles. (Le Texas est toujours à la tête des États-Unis en matière d’énergie éolienne.) En 2006, une assemblée de citoyens a recommandé une réforme électorale aux Pays-Bas. En 2011, le gouvernement japonais a commandé un sondage délibératif sur le nucléaire et l'avenir du système de retraite. À Gdansk, en Pologne, une assemblée de citoyens s'est réunie en 2016 pour examiner la prévention des inondations. Depuis, elle aborde d'autres sujets, tels que les migrations. (Malheureusement, le maire pionnier derrière cette initiative, Pawel Adamowicz, a été assassiné ce week-end.) »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents